[projection] Le Burkina Faso ou la liberté en mouvement

samedi 17 juin — 20h30 — Videodrome2

 

 

Dans le cadre de l’exposition ’ L’histoire n’attend pas ’ de Marcos Avila Forero et Frédérique Lagny, projection de deux films : ’ Djama Mourouti La - La colère du peuple ’ de Frédérique Lagny et ’ Capitaine Thomas Sankara ’ de Christophe Cupelin

 

Projection à Videodrome2 :

•••
20h30 DJAMA MOUROUTI LA - La colère du peuple
Frédérique Lagny, 49’, 2016, Burkina Faso - France

Ancienne colonie française, la Haute-Volta rebaptisée Burkina Faso, Pays des hommes intègres par le Président Thomas Sankara sous la Révolution (1983-1987), traverse un épisode exceptionnel de son Histoire. Les 30 et 31 octobre 2014 une insurrection populaire balaie en quelques heures le régime de Blaise Compaoré au pouvoir depuis vingt-sept ans. La volonté populaire de changement, éparpillée et informelle mais d’une ampleur jamais atteinte, n’a pas été perçue par le régime essoufflé et corrompu de Blaise Compaoré.

Autour de ces évènements, délaissée par le pouvoir et l’ensemble de la classe politique, la jeunesse burkinabè tente de s’organiser en réfléchissant à haute voix sur les projets d’avenir du pays et sur les contributions envisageables. Au centre de cette mobilisation, le Balai Citoyen. Héritier du legs politique de Thomas Sankara, le mouvement a pour objectif immédiat la promotion de l’alternance politique en 2015 en s’opposant à la modification de la Constitution et à la mise en place d’un Sénat. Le film montre aussi le contexte de dénuement des populations dans lequel ce formidable mouvement d’indignation et de colère a puisé ses raisons d’être. A Bobo-Dioulasso, lassé d’être spolié par les pratiques peu recommandables des maires de secteur et la dégradation des services publics (hôpitaux, écoles, logement), le peuple affirme sa volonté de justice sociale et du respect des institutions démocratiques.

•••
22h00 Capitaine Thomas Sankara
Christophe Cupelin, 90’, 2014

Ce documentaire captivant dépeint avec humour la révolution conduite par Thomas Sankara, ancien président du Burkina Faso.

De 1983 à 1987, Sankara se bat en faveur de l’indépendance politique du pays, de son désendettement, mais aussi de l’éducation des jeunes, de l’émancipation des femmes et de l’éradication de la corruption. Cette politique intransigeante et les frasques de ce jeune, beau et brillant dirigeant font trembler le monde des puissants et s’achèvent en 1987, année de son assassinat.

Depuis plus de 25 ans, Christophe Cupelin collecte inlassablement les archives écrites, sonores et audiovisuelles et réussit à travers un montage méticuleux à brosser un portrait exceptionnel de cette icône révolutionnaire.