Ils, l’intraitable numéro deux

 

 


une propositon croisée de David Bouvard (création sonore) et Alain Lacroix (écriture)
à partir de ce qui se trame à Belsunce, quartier de migrations du centre ville de Marseille.

 

David bouvard se saisit de la matière sonore urbaine du quartier Belsunce, qu’il retravaille patiemment dans une sorte d’origami pour l’oreille, prolongeant sa pratique du paysage sonore.


Alain lacroix l’écoute et écrit, en donnant à lire les pulsions et les violences imposées à ceux qui vivent ici. Ils viennent de l’autre côté - du Maghreb. Ils sont en instance, en partance, ils sont sans noms. Ils font l’expérience de "la vie nue", au bord de la fiction...

Premières phrases du texte :
« Ils marchent dans une géographie invisible, le long de limites que nous ne voyons pas, ils suivent des frontières invisibles. Les premiers sont arrivés il y a soixante-dix ans. Ils vivent là, étrangers dans le monde où nous avons nos entrées - ils portent le stigmate. Parfois, nous sommes appelés par leur monde, quelque puissance mystérieuse nous y attire, et nous approchons.
Poussés par la promesse du gain et la gloire de l’exil, ils sont venus du Maghreb et de plus loin encore. Remontés au fil des décennies le long des fleuves et des axes routiers, désormais ils habitent de grosses cités de transit dans les métropoles, et de petits ensembles dans les villes secondaires.

Sur les terrains vagues, sous les échangeurs, le long des routes, ils marchent en marge ; et Marseille ressemble à Alger, qui ressemble à Athènes, qui ressemble à Naples, qui ressemble à Barcelone, et à cet égard toutes les villes se ressemblent. Le paria se tient à proximité des zones de démolition, à la croisée de terrains vagues, de docks et d’entrepôts, aux abords d’immeubles murés : dans des lieux où manger, dormir, vivre, est malaisé. »

Une publication papier avec un CD, 36 pages (18x25cm), piqué à cheval, noir et blanc.




à cette occasion :
le samedi 31 mai 2008 à 19h30

sortie du numéro deux de la revue l’intraitable :

Persistance, lecture/projection
avec les auteurs et Lætitia Benat
Persistance est une lecture en direct sur une bande-image vidéo - comme du cinéma muet. Elle cherche à convoquer des images mentales instables. Une présence persiste.



Alain Lacroix est écrivain. Il publie des textes dans les revues Pylône, Le Purple Journal et Vita-Nova. Il vient de terminer Constellation, un roman qui mélange les formes de la fiction et de l’essai.

Lætitia Benat est artiste. Son travail s’élabore autour de la photographie, de la vidéo et du dessin dans une réécriture d’un quotidien devenu étrange par l’attention portée à ces détails d’ordinaire invisibles. Une grande partie de son travail est montré dans des revues françaises (Purple, J’aime beaucoup ce que vous faites), japonaises (Here and There, The international) ou américaine (Hobo) depuis 1997.

liens :
paysages sonores de Belsunce
constellation, de Alain Lacroix

Format fermé : 180x250 mm | Format ouvert : 360x250 mm | Impression : Noir et Blanc | Reliure : Piqué à cheval | 36 pages | Contenant un CD audio | Date de parution : mai 2008 |
ISSN : 1953-0641 | Prix : 10 €