Cartographie de l’oubli. Maritza Fuentes

 

 

Maritza Fuentes Cruz est accueillie régulièrement pour l’écriture de son projet de film documentaire.

 

On ne se souvient pas, on réécrit la mémoire, comme on réécrit l’histoire.
Sans Soleil, de Chris Marker

Avoir des racines, est peut-être, le besoin le plus important
et le moins reconnue de l’être humain.
Simone Weil

Résumé

Partant d’une expérience d’exil et déracinement, "Cartographie de l’oubli" est la chronique d’un voyage de retour au pays.
Après presque 20 ans d’exil en France, je retourne vivre à mon pays, le Pérou. Ayant toujours en tête les images de violence politique et de crise économique des années 1990s, j’explore le Pérou d’aujourd’hui, à commencer par Lima, ma ville, en pleine fièvre de construction immobilière et de consommation effrénée. Je me retrouve dans une ville en croissance qui semble « regarder toujours devant ». Je me surprends de l’oubli généralisé face aux temps des années 1980s et 1990s, une période qui laissa un pays ravagé et des dizaines de milliers de morts.

Le film suit la trajectoire des retrouvailles et rencontres, où je confronte ma mémoire à celles des autres, une question en tête : comment s’est construit cet oubli ?

Dans ma quête de mémoire à Lima je redécouvre des lieux, et je trouve des traces, l ‘une en relation avec mon père, récemment disparu, d’autres plutôt associées à la violence au temps de mon départ. Images et sons d’archive réactivent les mémoires, résonnent au présent et déclenchent des récits individuels sur un passé commun. Les retrouvailles avec des anciens amis et la rencontre avec Lalo, archéologue légiste chargé d’exhumer les corps des gens autrefois assassinées par le Sentier Lumineux ou par les forces de l’Etat, me mènent à poursuivre mon enquête à Ayacucho, dans les Andes péruviennes. C’est là où je découvre des strates d’un passé qui ne se résigne pas à disparaître, mais qui au contraire, ressurgit sans cesse pour révéler et questionner le présent.